Le bassin versant et ses dysfonctionnements


Retour à l'index

Définition du bassin versant

CCBVD1
( Cl : M L )

On peut définir le bassin versant comme l'ensemble des terres qui recueillent les précipitations qui vont alimenter le cours d'eau, ou le plan d'eau situé au fond de la vallée. C'est une sorte d'entonnoir, généralement ouvert sur la mer. On peut prendre en considération l'ensemble du bassin versant d'un fleuve ou au contraire s'intéresser à un petit territoire qui alimente un ruisseau.

La plupart des problèmes d'environnement nécessitent d'alterner l'approche globale et l'approche locale. Telle pollution constatée au niveau de l'estuaire peut avoir pour origine une pollution ponctuelle due à une industrie ou résulter d'une contamination diffuse liée par exemple à l'activité agricole. Dans ce dernier cas il n'est pas certain que l'ensemble du bassin versant soit en cause et il conviendra d'identifier les sous-ensembles du bassin versant global qui sont à l'origine de la pollution.

La limite théorique entre bassins versants voisins suit les lignes de crête. Mais le parcours de l'eau dans le sous-sol peut se jouer des limites théoriques en suivant des couches imperméables inclinées en direction de la vallée voisine ou en circulant dans un réseau complexe de roches fissurées.

Retour au début de la page

Les assecs

CCBVD2
( Cl : J-D B )

Depuis quelques années plus de mille kilomètres de cours d'eau sont mis à sec en Poitou-Charentes. Un cours d'eau à sec offre un spectacle désolant. C'est une situation scandaleuse, révoltante, le témoignage le plus criant de notre incapacité à gérer correctement l'environnement.

CCBVD3

Les assecs détruisent toute vie aquatique
( Cl : JM )

Le tableau suivant donne, par département, le détail des cours d'eau mis à sec de 1990 à 2000. Il s'agit de cours d'eau qui, en temps normal, ne connaissaient pas d'assecs avant les remembrements et le développement de l'irrigation. Les coupures et les étiages sévères accompagnés de conséquences néfastes pour le milieu aquatique ne sont pas comptabilisés. Ils concernent des linéaires deux à trois fois supérieurs et perturbent gravement l'ensemble de l'écosystème aquatique.

Année

Deux-Sèvres

Charente-Maritime

Charente

Vienne

Total Région

1990

557

529

571

359

2016

1991

471

520

440

356

1787

1992

214

86

30

306

636

1993

395

315

168

117

995

1994

184

136

31

36

387

1995

271

437

172

77

957

1996

546

478

274

89

1387

1997

220

294

10

12

536

1998

501

383

235

55

1174

1999

269

303

155

32

759

2000

182

242

98

10

532

Moyenne

381

372

218

145

1117

Linéaire de cours d'eau à sec en Poitou-Charentes de 1990 à 2000 ( en km )
Source : Conseil Supérieur de la pêche


CCBVD4

( Cl : M L )

La cause principale de l'assèchement des cours d'eau est l'irrigation, en particulier celle du maïs qui représente dans notre région 80 % des surfaces irriguées. Les niveaux d'eau sont aujourd'hui gérés de façon à permettre de cultiver des terres qui étaient autrefois occupées par des prairies ou des marais. Le drainage, par drains enterrés, par fossés profonds, évacue l'eau très tôt dans la saison afin que les terres puissent être travaillées et ensemencées.

CCBVD5

( Cl : J M )

Cette pratique cumule l'érosion des sols, la pollution par les pesticides et les engrais, la destruction de zones humides à forte biodiversité, la perte des fonctions d'épuration et de régulation. Malgré tous ces inconvénients les cultures irriguées bénéficient d'aides nettement supérieures à celles des cultures sèches.

Retour au début de la page

Les inondations

CCBVD6
( Cl : J-D B )

Les inondations sont avant tout un phénomène naturel auquel beaucoup de vallées doivent leur fertilité. Le réflexe de beaucoup de décideurs par rapport à l'inondation est d'entreprendre de grands travaux pour permettre à l'eau de s'écouler plus vite vers la vallée, ce qui est un excellent moyen d'aggraver la crue chez le voisin, situé en aval. Bien entendu il existe des circonstances exceptionnelles où rien ne peut arrêter la montée des eaux.

Mais beaucoup d'inondations catastrophiques ont pour origine des restructurations foncières conduites avec le seul souci de favoriser la mécanisation de l'agriculture. Tout a été fait pour évacuer l'eau le plus vite possible alors que si l'on veut lutter contre l'inondation il faut la retenir en amont, là où les dégâts seront limités à la submersion temporaire de quelques terrains et à l'inondation de quelques maisons construites un peu trop près de la rivière. Toute initiative pour évacuer l'eau en amont contribue à augmenter l'inondation en aval où ses conséquences seront beaucoup plus graves.

Le fleuve est un organisme vivant parce qu'il respire, et sa respiration c'est un cycle régulier de hautes eaux et de basses eaux avec parfois des bouffées plus amples que sont les crues et les étiages. Les crues, c'est naturel, et c'est indispensable pour la vie du fleuve. Ce sont les crues qui permettent au fleuve de déplacer son lit, de curer les fonds, de recouper ses méandres, de créer des îles, des plages, des bras secondaires et d'enrichir ainsi la plaine alluviale de toute une série de milieux complémentaires. Grâce à la crue, l'eau s'étale dans la plaine alluviale, ralentit sa course vers l'aval, engraisse les prairies, s'infiltre en partie et recharge ainsi les nappes souterraines. Ces nappes, à leur tour, restitueront l'eau en été au lit du fleuve.

Monique Coulet


Retour au début de la page

L'érosion des sols

CCBVD7
( Cl : J M )

Bien qu'elle ne se présente pas sous des aspects aussi spectaculaires qu'en montagne, l'érosion des sols en plaine préoccupe de plus en plus d'agronomes. Elle peut être d'origine éolienne, à l'occasion du travail du sol par temps sec avec des engins qui favorisent la production de particules fines. Plus souvent elle est provoquée par le ruissellement de l'eau en surface.

Les pratiques de l'agriculture intensive ont provoqué un appauvrissement généralisé de l'humus. Les sols sont fragilisés, leur structure se dégrade, la vie microbienne est affaiblie. Ces facteurs favorisent l'érosion... qui contribue à appauvrir encore davantage le sol en humus. Un cercle vicieux renforcé par la disparition de tout ce qui pouvait faire obstacle à l'érosion : fossés, talus, haies...

Les particules de sol entraînées vers les cours d'eau vont favoriser l'eutrophisation, colmater les bancs de graviers où les truites venaient frayer, apporter les molécules toxiques utilisées pour la protection des cultures.

Retour au début de la page

Les pollutions microbiennes

Ce type de pollution a les conséquences les plus immédiates et les plus dramatiques. Les eaux distribuées subissent des traitements et sont soumises à une surveillance qui élimine pratiquement tout risque d'accident avec l'eau du robinet. Mais la contamination des milieux naturels est beaucoup plus difficile à contrôler. Elle rend certains cours d'eau impropres à la baignade et provoque régulièrement des alertes pour la consommation des coquillages. La contamination microbienne se fait par le rejet d'excréments dans le milieu naturel, soit directement soit à la suite d'épandages réalisés dans de mauvaises conditions.
L'épisode de botulisme, qui a touché le lac de Grand Lieu en 1995 en causant la mort de milliers d'oiseaux, illustre bien les conséquences de ce type de pollution.

CCBVD8

( Cl : J M )


Retour au début de la page

Les pollutions chimiques aiguës

CCBVD9
( Cl : J-D B )

Elles sont souvent localisées dans l'espace et dans le temps par exemple quand il s'agit du déversement accidentel de produits toxiques suite à un accident de la route, une fausse manoeuvre, une erreur, une malveillance...

Elles peuvent aussi être durables, par exemple quand elles sont liées à une activité industrielle polluante, à la présence d'un incinérateur d'ordures ménagères, à un dépôt d'ordure  sauvage ...

Retour au début de la page

Les pollutions chimiques diffuses

Elles n'ont généralement pas de caractère spectaculaire, leurs effets ne sont pas immédiatement perceptibles. Très souvent, ce n'est qu'après une longue période d'utilisation que l'on découvre que des substances que l'on croyait inoffensives se sont accumulées dans les écosystèmes, se sont concentrées tout au long des chaînes alimentaires et causent de grands dommages aux organismes vivants. Les pesticides en offrent de nombreux exemples.

Retour au début de la page

L'Agriculture source de pollution

L'agriculture intensive et les élevages industriels engendrent une pollution par les nitrates qui s'aggrave d'année en année. Ils participent également à la pollution par le phosphore responsable de l'eutrophisation. Enfin l'agriculture intensive est responsable d'une pollution diffuse généralisée par les pesticides qui affecte le sol, l'eau et l'air.

CCBVD10

Désherbage chimique après la pluie
( Cl : J M )

Bien que l'eau et le sol possèdent de fortes capacités d'auto-épuration, certaines molécules complexes produites par l'industrie chimique peuvent persister très longtemps dans le milieu naturel. Elles peuvent se dégrader en éléments inoffensifs ou en substances aussi dangereuses, voire plus dangereuses, que les molécules d'origine. L'accumulation des pesticides dans le milieu naturel constitue une source d'inquiétude majeure pour l'avenir.